Esprit de corps

La chaleur était étouffante. Abel, installé à son poste de travail me transmettait son inconfort : Température, sudation, fréquence cardiaque… J’avais droit à tout, il m’avait programmé pour ça. J’aurais préféré qu’il m’épargne ses sensations physiques, ses pensées surchargeaient assez mes modules comme ça. Le sentir suer comme une femme ménopausée ne donnait envie à aucun robot d’être humain.

– Yi, je ne t’ai pas créé pour te plaindre… Tu ferais mieux de m’aider. Ces espaces vides détectés un peu partout dernièrement m’intriguent : Cherche donc plutôt des articles sur le sujet…

Sans répondre, je me mis au travail qu’il m’avait assigné par télépathie. De toute façon il n’y avait aucun secret entre nous. Son nano-processeur connecté à mon moniteur d’électroencéphalographie nous soudait tels des siamois. Il avait raison, mais étant la seule intelligence artificielle à recevoir des émotions et stimulations physiologiques, je finissais par apprendre à en éprouver moi-même !

Mon unité centrale sélectionna 465 études en quelques picosecondes, triées par date. Il les parcourut, son esprit aiguisé comme un rasoir taillant dans la masse de documents et m’inondant de ses réflexions. Si seulement je pouvais arrêter ce flot…

– Ne rêve pas Yi ! Ah, c’est ce que je pensais : Les détecteurs à muons ont permis de voir que ces espaces vides prennent toutes sortes de forme, étonnant!

À mesure qu’il lisait les publications, la jauge de son agitation augmentait

– Yi, quelles statistiques trouves-tu sur les profils en question ?

Je lui transmis le résultat par processeur interposé :

Négatif, statistique impossible, la distribution n’obéit pas à la loi normale

Ma réponse ne le surprit pas, comme toujours. J’avais beau être un androïde ultra-perfectionné, Abel avait par principe une longueur d’avance sur moi. Ça crispait mes circuits.

– Y-aurait-t-il un lien avec l’augmentation des décès constatée autour d’eux ?

Négatif à nouveau, coefficient de corrélation quasi nul

– Bon travail Yi ! Enfin du hasard sauvage !

Par la remise en cause de ses certitudes, le monde imprévisible excitait Abel. Soudain, Une connexion d’idées mit son cerveau en ébullition :

– Il faut que j’en apprenne plus sur eux… Je dois voir par moi-même !

Son travail d’astrophysicien était son unique but dans la vie et accaparait toutes ses pensées. Et en cet instant, ces dernières me submergeaient sans que je puisse les décoder.

– Yi, prépare Shen : je vais finir les derniers réglages, cette fois je serai le cobaye

Ok, je vais allumer le micro-ondes.

– Arrête de traiter Shen de micro-ondes, Yi. Cette machine capable de transformer en ondes n’importe quel être vivant est unique !

Ça n’empêche, c’est quand même un tas de ferraille.

– Et toi, Yi, t’es quoi ?

Il aimait me rappeler ma position de robot. Je m’exécutai sans répondre et préparai Shen dans la salle blanche contiguë. Mais enfin, elle n’était pas une IA dernier cri comme moi. Pour son programme de recherches spatiales, Abel travaillait d’arrache-pied depuis deux ans sur cette machine aux allures d’orgue. Sauf qu’ici les tuyaux n’avaient pas vocation à jouer des fugues de Bach, mais à faire fuguer notre Mozart des sciences dans les airs. Sur le point d’aboutir, son projet lui permettrait de voyager sans moyen de transport et en étant invisible !

Prête pour réglages : Température, pression et hygrométrie OK

Il s’affaira sur Shen avec des gestes de chirurgien, absorbé par l’intensité de l’instant. Il était pourtant détendu et son pouls tranquille comme le balancier d’une horloge.

– Enfin prête, bientôt l’instant de vérité !

C’était une première : Nous allions nous séparer physiquement. Mais Abel avait tout prévu, notre lien indéfectible devait survivre à sa transmutation, comme l’ombre et le corps… Même si les rôles seraient à cette occasion inversés.

Quel protocole suivons nous cette fois ?

– Compte à rebours sur trois heures, si jamais tu perds notre connexion, tu enclenches aussitôt le processus inverse pour me faire réintégrer mon corps physique.

Abel s’allongea sur la table de désintégration en donnant ses dernières consignes.

Départ imminent

J’enclenchai le chronomètre et démarrai le programme. Son corps se mit à trembler, très fort, sa tête se balançait comme un métronome effréné. Ses particules commencèrent à se dissocier, je perdais ses constantes. L’auto-apprentissage alimentait en continu mon registre d’émotions, pour la première fois j’appréhendais même si c’était virtuel, sans les battements de cœur et tout le tralala des hommes. Et si je faisais des erreurs en son absence, si je me détraquais ? Il disparut d’un coup ne laissant que son nano-processeur, témoin de son passage dans l’atmosphère.

– Yi, tu me reçois ?

Affirmatif !

– C’est incroyable, on a réussi… Si tu pouvais voir ça, le monde électromagnétique est fabuleux !

Je n’avais plus accès à ces processus physiologiques, mais son esprit toujours aussi vivace soufflait comme une divinité. Je continuais à recevoir ses pensées et ses émotions me revigoraient.

– Ces espaces vides sont partout dans l’atmosphère, notre monde en est rempli ! Incroyable, je peux sentir que ce sont des êtres vivants !

Quels organismes ?

– Inconnus, Yi, probablement des extra-terrestres !

Je comprenais le sens du mot, mais je ne trouvais rien dans mon corpus à ce sujet. Je ne pouvais pas l’aider. Moi l’humanoïde en latence, allais-je devenir inutile ?

– J’arrive à communiquer avec eux, tu les reçois Yi ?

Affirmatif, mais les codes sont absents de ma base de données

J’avouai mon ignorance, le désarroi tenaillait ma carte mère.

– Ils ont l’air bienveillants, c’est comme s’ils me guidaient…

De mon côté, je percevais ce mélange curieux de calme et d’exaltation qu’Abel me diffusait. Je surveillais le décompte restant, tout se déroulait normalement. Soudain, le processus de réintégration s’activa sans mon intervention et Abel réapparut ! Il me sourit tandis que je captai ce que son cerveau m’adressait :

– Mir éͪ HE culmr åÑ BYR tholys Å nor

Je compris alors que notre vie allait devenir compliquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *